« Les pensées reviennent, les convictions s’enracinent »*

A quoi reconnaît-on qu’une mobilisation est réussie ?

Par le nombre de participants (moyenne des chiffres de l’organisateur et de la police) ? Par celui de médias qui ont couvert et/ou relayé l’évènement ? Par celui des policiers et gendarmes mobilisés ? Par l’intensité qui se dégage entre manifestants et forces de l’ordre ? Par une météo clémente ?

La liste des critères pourrait encore s’allonger mais il en est un qui fait foi : la conviction.

Tout au long de la préparation de cette journée de mobilisation, le jour J, et le les jours qui auront suivis (et c’est encore le cas aujourd’hui), ce sentiment fort aura perduré et préfiguré  ce « 24 juin 2015 » – car il y aura bien un avant et un après à cette date-là.

Vous me direz : « la conviction c’est bien normal lorsqu’on adhère à l’AMRF. Mais rien n’était gagné pour mobiliser plus de 500 maires qui ont pris sur leur temps (professionnel et communal) et sur leur argent afin de gagner de la capitale.

C’est aussi  l’arbre qui cache la forêt car dans les départements la mobilisation parisienne a fait des petits : opérations « Mairie fermée deux jours, fermée pour toujours ? » et « Crêpes noirs ». Localement les initiatives se sont multipliées et on ne compte plus les articles et reportages sur la mobilisation des maires ruraux.

L’écho médiatique… Si important pour qu’une cause juste devienne un vrai sujet d’actualité… voire un sujet tout court même pour des parlementaires souvent focalisés sur les fusions de communes et de dotations de l’Etat aux collectivités. Deux sujets au demeurant  importants au sein de ce projet de loi NOTre, tout comme les libertés communales !

C’est un tout, et si l’on parle à juste titre de millefeuille, il faut le décortiquer pour éviter… la tuile.

Conviction  pendant l’organisation de la mobilisation, durant la mobilisation et après avec le maintien de la pression par les maires ruraux auprès des députés, qui après les sénateurs, doivent entériner le projet de loi NOTRe. Les débats ont commencé le 29 juin à l’Assemblée nationale l’AMRF reste mobilisée, forte de ses convictions et de ses milliers d’élus

Julien Thibert

*Citation de Goethe dans Maximes et réflexions

Retrouvez l’album photo du 24 juin 2015

Vous souhaitez réagir à cette information ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s